InformatiqueTests

Ubuntu 11.10 : l’ocelot onirique est de sortie

Demain (le 13 octobre 2011) sort la dernière version d’Ubuntu, le plus populaire des systèmes d’exploitation libre.

La société Canonical, qui soutient le projet, respecte scrupuleusement le calendrier fixé à deux versions par an en annonçant Ubuntu 11.10 : «The Oneiric Ocelot». S’il fallait une preuve qu’Ubuntu tend à se rapprocher d’OS X, le nom de cette version évoque, une nouvelle fois, un félin : «le chat sauvage imaginaire».

L’installation d’Ubuntu est toujours aussi simple et agréable. Les icônes et les instructions sont claires, même pour un néophyte. Il est possible d’installer directement les logiciels tiers non-libres permettant de lire DVD, mp3 et Flash. L’étape la plus lente (partitionnement, copie des fichiers, …) se fait très tôt dans le processus d’installation : la configuration de l’heure, du clavier et de votre identification est réalisée en parallèle de l’installation du système.

L’écran de connexion se base sur une technologie du web : le moteur de rendu WebKit. Il est désormais plus rapide et plus élégant. L’App Store d’Ubuntu, la logithèque, a également été revue : l’ergonomie a été améliorée et de nouvelles fonctionnalités ont été ajoutées. Il sera possible de synchroniser l’installation de logiciels entre plusieurs ordinateurs sous Ubuntu, ce qui rappelle fortement l’iCloud d’Apple.

Unity, l’interface graphique par défaut, avait fait couler beaucoup d’encre lors de sa première intégration dans la version précédente d’Ubuntu. Bien que résolument dans l’ère du temps, le parti pris de s’inspirer de Mac OS X (utilisation du dock, menus unifiés), mais surtout le changement d’habitude avaient surpris les utilisateurs. Force est de constater qu’Unity a gagné en maturité : le menu est plus intuitif et plus complet et le lanceur de certaines applications affiche des informations comme le nombre de mises à jour à installer ou la barre de progression des téléchargements. Enfin cette interface est adaptée pour les écrans tactiles.

Du coté des applications pré-installées, Thunderbird 7 remplace Evolution pour la gestion des mails et Firefox passe à la version 7, concurrençant Google Chrome sur le terrain de l’occupation mémoire et de la vitesse d’affichage. Il est à noter que l’utilitaire de sauvegarde Déjà Dup est inclus dans cette version d’Ubuntu : il permet de programmer des sauvegardes automatiques sur un disque externe mais aussi sur un emplacement réseau.

Ubuntu est devenu en l’espace de quelques années un challenger de poids dans l’univers des systèmes d’exploitation. Visant clairement le grand public, tout est fait pour simplifier son utilisation. On en oublierait presque qu’il s’agit d’un système Linux tant l’interface est soignée. Le service de stockage dans les nuages, Ubuntu One, est opérationnel depuis de nombreuses itérations et propose l’achat de musiques en ligne. À l’heure du tout cloud et de la popularisation grandissante des tablettes, Ubuntu a vraiment tout pour vous convaincre.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page