Samedi dernier, le tribunal de San José rendait son verdict dans l’affaire qui oppose Apple et Samsung sur fond de guerre de brevets. Sans grande surprise, c’est finalement la société de Cupertino qui remporte ce procès historique.

Au terme de trois semaines d’audiences et trois jours de délibérations, la justice californienne a donc estimé que le constructeur coréen avait violé la quasi totalité des brevets qui étaient au centre de ce procès bref, le coup est rude. Pour rappel, ces brevets concernent entre autres la fameuse gestuelle baptisée «pinch and zoom» par Apple et qui consiste à rapprocher ou écarter deux doigts posés sur un écran tactile pour zoomer ou dé-zoomer une image ou une page internet ou encore l’effet de rebond appliqué au curseur de la barre de défilement des appareils d’Apple lorsque celle-ci arrive en bout de course. Notez qu’outre l’ergonomie des smartphones et tablettes pommés, leur design était également au centre de la querelle.

Condamné à verser un peu plus d’un milliard de Dollars sur les quelques deux milliards et demi réclamés par Apple au titre de dommages et intérêts, Samsung ne compte pas en rester là et a annoncé le dépôt prochain d’une requête ayant pour objectif de contrer la décision du tribunal ou tout du moins de minimiser sa portée. Si cette procédure n’aboutissait pas sur un renversement du jugement prononcé, le coréen n’hésitera pas à faire appel de cette décision. L’affaire n’est d’ailleurs pas totalement close puisque le 20 septembre 6 décembre prochain aura lieu une nouvelle audience concernant pour sa part l’interdiction de vente des produits incriminés sur le sol américain.

Suite à la publication du verdict, Apple s’est félicitée de cette «victoire des Valeurs» tandis que Samsung a déclaré que le véritable perdant de cette affaire n’est autre que le consommateur. Moins de concurrence pourrait en effet signifier moins de choix pour le consommateur mais plus problématique encore, les prix de ventes des produits concernés pourraient subir une hausse plus ou moins importante. Je ne crois personnellement pas en cette dernière éventualité et pense au contraire que cette affaire sera bénéfique pour le consommateur et ce du fait qu’elle poussera désormais les constructeurs à innover toujours plus plutôt que de s’appuyer sur des technologies et autres travaux éprouvés.

Fait amusant, les conclusions de cette affaire pourraient finalement profiter au meilleur ennemi d’Apple qui n’est autre que Microsoft et son système d’exploitation Windows Phone. De son côté et après avoir pris connaissance du verdict, Google qui ne se sent ni concerné ni menacé a déclaré que la plupart des revendications d’Apple ne reposent pas sur le cœur de son système d’exploitation Android qui est pourtant installé sur l’ensemble des appareils Samsung.

Quoi qu’il en soit, Apple a désormais le champ libre pour attaquer tout constructeur qui violerait selon elle ses multiples brevets et ainsi faire retirer ses produits du marché.