gestion-mail-apres-mort-gmail

Vous êtes vous déjà demandé ce qu’il allait advenir de vos précieux emails ainsi que de l’ensemble des données de votre compte Google après votre mort ? Probablement pas mais la question vaut pourtant la peine d’être posée et figurez vous que le géant de Mountain View vous propose justement une solution post-mortem…

gmail-apres-mortAvec le Gestionnaire de compte inactif, Google propose en effet aux utilisateurs de ses nombreux services de décider de ce qu’il adviendra de leurs données personnelles (privées et publiques) une fois qu’ils ne seront plus de ce monde. Ainsi, deux options s’offrent désormais à vous.

La plus simple et radicale consiste à supprimer purement et simplement votre compte Google et par extension, vos comptes Gmail, Youtube, Google+ et autres ainsi que toutes les données qu’ils contiennent (emails, vidéos, publications, etc…).

La deuxième solution vous permet de transférer l’ensemble de ces données à une ou plusieurs personnes que vous aurez préalablement désigné. Notez que dans ce deuxième cas de figure vous pourrez sélectionner jusqu’à 10 héritiers.

Quelque soit votre choix, Google qui n’est évidemment pas en mesure de savoir si vous êtes toujours en vie déclenchera en réalité le processus au terme d’une période d’inactivité que vous aurez vous même déterminé. 1 mois, 3 mois, 6 mois, 9 mois ou 1 an; à vous de choisir au bout de combien de temps Google devra estimer que vous êtes mort et enterré et de ce fait, exécuter vos dernières volontés.

Dans la pratique, si vous ne vous connectez pas une seule fois à votre compte Google dans le laps de temps sélectionné, Google commencera par vous envoyer une alerte par mail et/ou SMS afin de s’assurer que vous n’avez pas simplement entamé une pause digitale prolongée et volontaire.

Sans réaction de votre part, vos données seront alors transmises aux personnes de votre choix, à moins que vous ayez opté pour la suppression de votre compte et de l’ensemble des données associées.

La convention obsèques digitales par Google, parce qu’on est jamais trop prévoyant…