Les jeux de baston font partie des piliers du jeu vidéo. Apparus pour la première fois dans les salles d’arcade des années 80, ils restent très populaires dans nos foyers grâce à des séries telles que Street Fighter, Mortal Kombat, Tekken et autres Soul Calibur.

Néanmoins, tous les pros du VS Fighting vous diront que jouer à la manette ça craint, et que les « vrais » joueurs n’utilisent que le stick arcade. Ce type de contrôleur un peu particulier et assez onéreux (environ 150€ pour du haut de gamme) serait donc la voie royale pour s’adonner aux jeux de baston.

Dans ce domaine, le marché français est trusté par la société MadCatz, qui commercialise un nouveau FightStick à chaque sortie d’un grand jeu de combat. Si la qualité de ces sticks n’est plus à démontrer, un outsider chinois fait de plus en plus parler de lui : le Qanba Q4RAF.

Nous vous en proposons donc le test !

 

Un packaging soigné et classieux

Si vous avez des fans d’Apple dans votre entourage qui possèdent un Mac, vous avez certainement eu droit à une éloge de la boîte de leur ordinateur, devant laquelle ils sont tombés en admiration. La firme de Cupertino apporte en effet un grand soin au carton d’emballage, car cela contribue à l’image élitiste qu’elle veut donner de ses produits.

Le constructeur chinois Qanba emprunte clairement le même chemin : de tous les gadgets que j’ai eu l’occasion de déballer, le Q4RAF a certainement la plus belle boîte que j’ai jamais vu ! Blanche, avec un symbole chinois rouge brillant sur la devanture, et une classieuse rayure rouge non rectiligne sur les côtés, le Qanba Q4RAF est assurément vendu comme un produit d’exception.

En ouvrant la boîte, deux petits volets en carton permettent d’accéder à l’objet et à ses accessoires. Le packaging comprend donc le stick, un micro casque, une lingette nettoyante et deux cache-boutons pour ceux qui préféreraient utiliser une configuration à trois boutons. Ajoutons à cela un manuel tout en chinois, et une petite photo d’une team qui a vraisemblablement gagné un championnat (sans doute grâce au stick).

Un bel ensemble qui vous ravira avant même d’avoir essayé l’engin !

 

Un stick solide et fonctionnel

Intéressons-nous maintenant au produit en lui même. Le stick, d’apparence au moins aussi soignée que son emballage, est assez lourd et bénéficie de caoutchouc anti dérapants pour ne pas glisser sur la table. Il est bien sûr tout à fait possible de s’en servir sur ses genoux. L’impression de solidité est indéniable, ce qu’il est important de préciser quand on parle d’un produit chinois.

Le stick et les boutons sont de marque Sanwa (ndlr : le spécialiste des contrôles arcade au Japon), comme tous les produits haut de gamme du marché. Cela permet d’assurer que votre nouveau jouet ne tombera pas en rade au bout de deux semaines parce que vous avez enchainé les combos dévastateurs comme un bourrin. Sur le côté, on trouve une petite trappe renfermant le câble USB de connexion, qu’elle sert donc à ranger.

Le haut du bloc présente une poignée de transport, qui vous permettra de vous balader un peu partout avec votre stick. Ça semble gadget mais je vous assure que vu le poids du machin, vous serez content qu’elle existe lorsque vous irez éclater la tronche à vos amis lors d’une soirée Street Fighter.

Dans l’angle supérieur droit sont situés les boutons « spéciaux ». On trouve bien entendu les boutons Home et Select (Back sur Xbox 360), mais également des boutons Turbo et Mode. Le premier vous permettra de simuler un appui rapide sur les touches, alors que le second permettra au stick de se faire passer pour le stick de la manette ou pour la croix. Soyons clairs, ces deux derniers boutons brillent par leur inutilité.

Enfin, un petit switch vous permet de passer du mode Xbox 360 au mode PS3 / PC. Et c’est là l’une des grandes forces de ce Q4RAF : il marche partout ! Au passage, on remarque que le mode Xbox 360 fonctionne parfaitement sur PC, car le driver de la manette est inclus dans Windows.

 

À l’utilisation et conclusion

En jeu, le Qanba Q4RAF se montre à la hauteur de ses prétentions. Les commandes répondent bien et sont très réactives, et l’impression de solidité est une nouvelle fois au rendez-vous.

Je vais maintenant tenter de répondre à la question que nombre d’entre vous doivent se poser : est-ce vraiment si intéressant que ça par rapport à une manette ? Si vous jouez pour le fun, que vous ne faites qu’appuyer sur tous les boutons et que sortir des combos ne vous intéresse pas, il n’est pas utile d’investir dans un stick.

En revanche, pour peu que vous souhaitiez vous y mettre un peu plus sérieusement et jouer en ligne, vous aurez du mal à revenir en arrière après avoir gouté au stick ! On ne s’en rend pas forcément compte au premier abord, mais il y a une foule de chose qu’il est très difficile de faire au pad, à commencer par les combos qui nécessitent d’appuyer sur plusieurs touches en même temps, de tapoter frénétiquement sur l’une d’entre elles ou bien de faire des enchainements improbables comme les doubles arcs de cercle.

Le confort apporté par le stick est indéniable, et on comprend qu’il s’agisse du contrôleur de prédilection pour ce type de jeu. En résumé, je ne peux que vous recommander ce produit si vous voulez vous mettre sérieusement au VS Fighting !