intro_simcity

Sim City fait figure de référence dans le domaine des jeux de gestion / simulation. Le titre vous place dans la peau du maire d’une ville que vous allez devoir construire et améliorer.

J’avais déjà eu l’occasion de m’essayer au dernier né de la franchise lors de ma visite au Paris Games Week, mais il s’agissait d’une version trop incomplète et buggée pour s’en faire une idée. Nouvel essai, cette fois-ci sur la beta privée du jeu, que j’ai pu essayer un moment ce week end (trop peu de temps malheureusement).

Sim City est-il bien le meilleur city builder de tous les temps ? Voici mes impressions !

Au début de la partie, vous arrivez sur un terrain vide, à côté duquel passe une autoroute. Votre première tâche sera de construire une route permettant de relier votre terrain à cet accès vers l’extérieur : en effet, ce nouveau Sim City vous permet d’interagir avec d’autres villes construites par d’autres joueurs, et place même cette fonctionnalité au cœur du gameplay (j’y reviendrai plus tard).

sim1

Une fois cette première étape achevée, il est possible de commencer à dessiner quelques rues qui constitueront les axes de circulation de votre petite bourgade. Plusieurs types de voies sont disponibles, des petites routes de campagne aux autoroutes intra muros. A vous de choisir la plus adaptée en fonction du trafic, même si en tout début de partie, cet aspect n’a pas beaucoup d’importance. Par ailleurs, vous routes peuvent se présenter sous plusieurs formes, de la route droite à la route circulaire façon périphérique, en passant par la route au tracé personnalisé ; vous pouvez donc laisser libre cours à votre imagination !

Comme toujours dans Sim City, les bâtiments abritant les habitations, les commerces et les usines sont construits automatiquement en délimitant des zones sur la cartes où ces entités peuvent s’installer (vertes pour les habitations, bleues pour les commerces et jaunes pour l’industrie). La nouveauté, c’est que ces zones ne sont plus rectangulaires comme avant, mais se présentent sous forme de bandes de couleur à placer le long des routes. L’avantage, c’est que vous pouvez par exemple placer des habitations le long d’une route sans pour autant avoir à quadriller la zone : tous vos concitoyens auront une voie d’accès.

sim2

Quand les premiers habitants vont débarquer, ils commenceront bien vite à vous demander l’électricité, l’eau ou encore l’évacuation des égouts.

Prenons par exemple l’électricité : pour approvisionner votre ville, vous avez plusieurs solutions. Soit vous construisez une petite centrale électrique comme dans les jeux précédents, soit vous achetez de l’électricité à une ville voisine qui peut vous en fournir ! La coopération entre les villes est ici clairement mise en avant : acheter un service à un voisin vous évitera d’investir dans un bâtiment trop cher par rapport à vos besoins, et ce dernier bénéficiera en retour d’une rentrée d’argent supplémentaire. La situation inverse est évidemment possible.

Pour acheminer les ressources jusque dans les bâtiments, il n’est plus nécessaire de faire passer des poteaux électriques ou des canalisations : dans un souci de simplification du gameplay, ce sont désormais les routes qui assurent cette fonction.

sim3

Parlons des bâtiments justement. Faire venir des gens dans votre ville c’est bien gentil, mais ces derniers aspirent à une certaine qualité de vie. Ainsi, il vous faudra au fur et à mesure de votre progression investir dans un commissariat de police, une caserne de pompier, une école ou encore un hôpital, sans compter la création de constructions destinées aux loisirs, comme des aires de jeux, des parcs, des casinos…

Toutes ces structures peuvent être placées librement sur la carte, mais il faudra tout de même bien réfléchir à leur emplacement, car elles peuvent désormais être agrandies si le besoin s’en fait sentir ! Imaginez par exemple que votre ville comporte une école, mais que celle-ci soit pleine à craquer et ne puisse plus accueillir de nouveaux élèves. Plutôt que d’en construire une autre ailleurs, vous avez la possibilité de lui ajouter quelques salles de classes.

Et ce système fonctionne pour de nombreux bâtiments, que vous pouvez améliorer afin de faire face à une montée en charge ou simplement pour gagner en efficacité.

sim4

Être un bon maire, c’est avant tout savoir gérer son budget correctement, et prendre les bonnes décisions. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que vous serez aidé dans votre dur labeur. Une dizaine de cartes vous permettront de consulter plusieurs indicateurs sur différents aspects de votre ville : satisfaction des habitants, valeur des terrains, pollution des sols et de l’air, acheminement de l’électricité et de l’eau, évacuation des déchets, lignes de bus et j’en passe !

Il est également possible de connaître l’état d’esprit de certains habitants, en passant le curseur de la souris sur leur maison ; cela vous donnera de précieuses indications. En outre, quelques uns d’entre eux vous donneront parfois de mini objectifs à accomplir, qui vous permettront d’avancer dans le bon sens.

sim5

Au niveau régional, nous l’avons déjà abordé, vous devrez entretenir des relations avec les villes voisines. Vous avez même la possibilité de « spécialiser » votre cité afin qu’elle puisse trouver sa place. Plusieurs spécialisations sont à votre disposition : High-Tech, jeu d’argent, tourisme etc. Chacune d’entre elles rendra possible la construction de bâtiments spécifiques. Notez qu’en vous spécialisant dans la culture, vous allez pouvoir construire nombre de bâtiments célèbres, tels que la Statue de la Liberté ou l’Opéra de Sydney !

De plus, vous pouvez collaborer avec vos voisins afin de développer un immense projet commun, dont les deux cités profiteront, comme par exemple un aéroport international.

Avec ce nouvel opus, Sim City gagne en accessibilité sans perdre en profondeur. Jamais l’interface n’a été aussi ergonomique et plaisante à utiliser, et cet aspect permettra de donner envie aux nouveaux venus de découvrir la série. Au-delà de l’ergonomie, ce sont aussi les graphismes qui impressionnent. Poussés à fond, ceux-ci rendent votre ville plus réaliste que jamais, tant et si bien qu’on se surprend à passer des heures à observer ses habitants.

sim6

Les animations fourmillent de détail, et rien n’a été laissé de côté : balades en famille, enfants qui partent pour l’école, ramassage des ordures, braquages et interventions de la police, ouvriers qui s’affairent sur les bâtiments en construction… le tout associé à un effet tilt shift (le fameux « effet maquette ») particulièrement impressionnant. Plus qu’accessoires, les graphismes donnent envie de s’impliquer davantage, car vous avez le sentiment que votre ville est vivante. Bien entendu, il faudra un PC puissant pour tout mettre à fond.

Je regrette de ne pas avoir eu assez de temps pour le tester plus en profondeur, d’autant que la beta ne donnait accès qu’à une heure de jeu en continu (sans sauvegarde), ce qui ne permet pas d’aller très loin. Je peux néanmoins vous affirmer une chose : Sim City est bien parti pour être le city builder que tout le monde attendait. Beau, complexe tout en restant accessible, innovant, le titre de Maxis pourrait bien vous faire passer quelques nuits blanches.

Sortie prévue le 7 mars prochain !