cloud-computing

Vidéos, images, textes, musiques et j’en passe, sans même nous en rendre compte nous produisons et consommons tous les jours une énorme quantité de données. Afin de nous adapter aux évolutions de nos supports informatiques, il nous a fallu inventer des moyens performants pour emmagasiner ces informations. D’abord analogique puis numérique, le support de stockage de données a pris différents visages tout au long de son histoire…

Les premiers supports physiques : toujours plus compacts et performants

Il faut remonter jusqu’à la fin du 19ème siècle pour voir apparaître les premiers modèles de machines capables de stocker des données exploitables sous forme de supports de stockage. Ces supports, développés en 1890 par un certain Herman Hollerith à l’origine de l’actuelle société IBM, n’étaient autre que des cartes en carton perforé de 20 centimètres sur 8. Quelques 40 années plus tard, la bande magnétique a sonné la fin de ces cartes pour le moins rudimentaires. Ces bandes magnétiques ont donné vie aux cassettes audio et VHS que nous connaissons bien ainsi qu’aux premiers disques durs externes de l’histoire. À partir de cette période, les choses se sont accélérées: la disquette a vu le jour en 1971, le CD-Rom dix ans plus tard, le lecteur Zip au milieu des années 1990 et enfin la clé USB et la carte SD en 2000. Toujours plus performants mais aussi toujours plus petits, ces supports ont finalement laissé place à une technologie dématérialisée, le Cloud.

La révolution du stockage en nuage

Développée il y a maintenant dix ans, la technologie Cloud est devenue populaire grâce au service Dropbox, le premier service de stockage et de partage de copies de fichiers locaux en ligne. Le concept est simple: avec le Cloud nous n’avons plus besoin de stocker nos données sur des périphériques physiques mais pouvons les envoyer sur des serveurs distants et y accéder à distance, depuis n’importe quel appareil. Ainsi, quels que soit nos besoins en terme de volume, diverses solutions assurent désormais le stockage et l’accès sécurisé de nos données en ligne. S’il est à présent inutile pour le particulier de s’encombrer de périphériques physiques externes, une connexion internet est néanmoins nécessaire. Mais le secteur du traitement des données informatiques se développe à une telle vitesse qu’il ne serait pas étonnant de voir arriver de nouvelles technologies sur le marché d’ici peu.

La nature au service des technologies de demain

Si les technologies Cloud semblent offrir ce qu’il y a de mieux en termes de malléabilité, elles trouvent leurs limites dans la consommation en énergie et en espace de leurs Data Centers. Une nouvelle alternative commence à faire son chemin dans le secteur et puise son inspiration dans ce que la nature fait de mieux en termes de mémoire: l’ADN. En effet, il est désormais possible de synthétiser l’ADN afin d’y stocker une quantité gigantesque de données numériques. Une histoire à suivre donc…