illustration d'Iron Sky

Cette année encore, le festival de Utopiales de Nantes, qui s’est déroulé il y a quelques semaines, a su nous régaler de ses expositions (certes moins impressionnantes que celles de l’année dernière), de ces conférences (avec la présence de l’illustre Neil Gaiman), mais aussi de nombreux films de qualités parmi lesquels Iron Sky, dont nous vous parlions il y a quelques mois.

remonterUn film issu du crowdfunding

Bien que financé en grande partie par les moyens habituels, Timo Vuorensola, le réalisateur, a fait le choix du crowdfunding pour booster les fonds disponibles. Outre l’argent récolté, cette mise à contribution des internautes a permis de rassembler une petite communauté de fans impatients de la sortie du film, et a favorisé le bouche à oreille. Près de 6 ans après le début du projet et avec près d’1 million de dollars obtenus par le crowdfunding et un budget total de 7 500 000€, Iron Sky fait le tour des festivals. Après Berlin en février et Strasbourg en Septembre, Timo Vuorensola s’invite aux Utopiales pour y présenter son film.

remonterLes nazis sont de retour

Le scénario est simple et efficace : pendant plus de 70 ans, les nazis se sont cachés sur la face sombre de la Lune et s’apprêtent à revenir pour envahir la Terre.

2018 : les USA reposent le pied sur la Lune. C’est la fête pour la présidente américaine, qui mets là une sacré option sur sa réélection dans quelques mois. Malheureusement, les astronautes découvrent vite qu’ils ne sont pas seuls sur le satellite de la Terre et se font capturés par un groupe de nazis qui sentent que le moment est venu pour eux de prendre leur revanche.

Si à la lecture de cette intrigue, un léger sourire n’effleure pas vos lèvres, vous pouvez passer votre chemin, ce film risque de vous laisser de glace. Dans le cas contraire, vous pouvez foncer : vous trouverez tout ce que vous attendez d’un film partant sur ce synopsis. Humour, références geeks, bons sentiments, personnages caricaturaux et hilarants, vous ressortirez de la salle avec le sourire aux lèvres.

remonterUn casting de qualité

On trouve la talentueuse Julia Dietze en tête d’affiche, dans le rôle d’une nazi croyant dur comme fer que son peuple est pacifiste et n’est là que pour apporter le bonheur au monde entier qui ne sait pas ce qu’il perd. Véritable victime de l’idéologie nazi et naïve sur les réelles intentions de ses supérieurs (qui eux comptent bien faire la guerre), elle parvient à faire brillamment évoluer son personnage, sans tomber dans le trop-caricatural.

A ses côtés, Götz Otto joue parfaitement le rôle du nazi violent et prêt à tout pour assouvir sa soir de pouvoir et de domination. Familier des rôles de nazis (La Chute, la liste de Schindler), il incarne ici le « grand méchant » du film.

remonterDes effets spéciaux réussis

Ma plus grande inquiétude concernait les effets spéciaux. En effet, sur le papier, un film crowdfundé par un réalisateur n’ayant que des parodies à son actif ne promettait pas une qualité digne des blockbusters américains. Détrompez vous ! Tout à fait au niveau, autant sur Terre que dans l’espace, les décors et les effets spéciaux sont de très bonne facture ! Des explosions et des combats spatiaux, sur des thèmes musicaux bien connus, sont même de la partie.

remonterUne sortie ratée

Malheureusement, il y a fort à parier que nous n’aurons pas le plaisir de voir ce film au cinéma en France. En effet, il n’a été diffusé qu’en Allemagne et en Finlande dans les salles obscures et nous devrons probablement nous contenter des DVD, déjà disponibles.

remonterConclusion

Une seule chose est sûre, ce film ne vous laissera pas indifférent. On déteste ou on adore. Si vous acceptez de ne pas trop réfléchir pour vous laisser porter par l’humour et les rebondissements, vous passerez incontestablement un très bon moment ! Pour ma part, le DVD est déjà commandé …

remonterLa bande annonce